Le 9 février aura lieu la deuxième session de l’assemblée synodale à laquelle participeront les 300 délégués.

 

Après avoir travaillé en octobre à l’élaboration de premières propositions, les délégués synodaux se retrouveront pour une longue journée de travail. Le rendez-vous est fixé à 9h, pour ne se quitter qu’à 19h ! Le repas du midi sera en partie préparé par un traiteur de Vesoul, M. Tavernier, et par les délégués eux-mêmes pour le buffet de dessert. Le groupe des Bar-Theo, de Luxeuil, accompagnera les délégués dans la prière tout au long de la journée. Et de nombreux bénévoles du doyenné des Plateaux de Vesoul seront là pour s’occuper de différents services (pauses café, repas, vestiaire, …). Un grand merci à chacun de ces bénévoles qui donneront de leur temps pour permettre aux délégués de travailler dans de bonnes conditions !

Le samedi sera découpé en deux parties bien distinctes: d’abord un travail en assemblée réunie, puis un temps en commissions, comme en octobre.

 

A l’issue de la session d’octobre, des propositions avaient été préparées par les délégués, au sein de commissions de 15 à 30 personnes. Comme l’assemblée a pour objectif de remettre à notre archevêque des propositions d’actes synodaux qui soient validées par une large majorité (en vote au 2/3 sera requis lors de la dernière session en juin), il est maintenant nécessaire de prendre un temps pour un échange à 300.

Nous passerons donc en revue toutes les propositions, en donnant la parole à un maximum de délégués (environ 120 prises de paroles sont prévues), puis nous voterons pour que chaque délégué indique les propositions qui lui semblent prioritaires. Ce vote sera réalisé par un boitier individuel permettant d’afficher en quelques secondes sur l’écran de la salle le résultat des votes de tous les délégués. Nous saurons ainsi immédiatement sur quelles propositions l’assemblée souhaite se concentrer.

 

Ce travail du matin permettra ainsi de préparer celui de l’après-midi: nous reprendrons les commissions de la session d’octobre, avec quelques changements, pour approfondir les propositions jugées prioritaires.

Les changements de commissions seront de deux types. Le nombre de participants par commission a été mieux équilibré, avec environ 20 délégués par groupe. Et les souhaits des délégués ont été pris en compte: 75% d’entre eux resteront dans le même groupe, et 25% iront prendre part aux travaux d’une autre commission. Cela devrait permettre d’être rapidement efficace avec les ‘anciens’, en bénéficiant des idées des ‘nouveaux’.

Pour approfondir les propositions, un guide de rédaction a été élaboré par le secrétariat général du synode, avec l’aide du conseil synodal, pour s’assurer que les propositions remises à notre archevêque à l’issue du synode soient les plus à même de d’oser un nouvel élan vers une Eglise disciple-missionnaire. Quatre critères ont été définis:

Une proposition doit être centrée sur une seule idée.

 

Une proposition doit identifier un besoin ou un objectif (positif et dynamisant), plutôt qu’un problème ou un constat.

 

Une proposition doit décrire des actions précises, et ne pas être simplement un concept ou une bonne intention. Elle pourra être illustrée par des exemples très concrets applicables à différentes échelles (le diocèse, une paroisse, un mouvement, un service, ou toute communauté). Il est important de s’appuyer pour ce critère sur les actions suggérées par les équipes synodales, et listées dans le premier cahier synodal.

 

Une proposition doit préciser les moyens d’action nouveaux qui feront que « cette fois-ci ça marchera mieux », et les acteurs concernés.

Pour reprendre les mots de Mgr Bouilleret dans ces voeux pour une belle année synodale 2019, « Que le Saint Esprit travaille au cœur de chacun d’entre nous et que nous puissions être vraiment à l’écoute les uns des autres pour préparer cette Eglise que le Seigneur nous donne au cœur de ce monde. »