Les questions que vous vous posez

Pour que notre synode soit l’affaire de tous, il est important que chacun puisse trouver les réponses aux questions qu’il se pose. Si les différentes pages de ce site n’ont pas été suffisantes pour vous donner les bonnes informations, n’hésitez pas à poser votre question par le lien « contact » en haut à droite du site (ou ici).

Cette page recense les questions les plus fréquentes. Cliquez sur l’une d’entre elle pour faire apparaître la réponse !

 

Synode signifie « cheminer ensemble ». Un synode, c’est une démarche collective par laquelle notre évêque, Monseigneur Bouilleret, offre à chacun la possibilité de prendre la parole pour construire l’avenir. Nous sommes invités à cheminer pendant 2 années, à réfléchir en équipes puis en assemblée, et à construire des propositions concrètes pour la vie et la mission de l’Eglise de notre diocèse.

Le synode se vivra en deux temps. Pendant les équipes synodales, tout le monde sera invité à s’exprimer. Très engagé ou plus distant ; participant tous les dimanches ou surtout aux grandes occasions comme Noël ou Pâques ; enfant, ado, adulte, ou « ancien » ; homme ou femme ; catholique, orthodoxe ou protestant ; chrétien, juif, musulman ou de toute autre religion ; croyant ou athée ; chacun pourra participer à une équipe synodale, écouter les autres et faire entendre ses idées. Puis pendant le temps de l’assemblée synodale, 301 catholiques de tout le diocèse (baptisés et confirmés ou confirmands) se réuniront pour imaginer, débattre et voter les actes du synode.

Mgr Bouilleret est celui qui a initié ce synode. Il l’a voulu pour que chacun « prenne sa part dans le gouvernement du diocèse et dans les orientations pour les années qui suivront la tenue du synode » (lettre pastorale, Mgr Bouilleret, septembre 2016). Il nous donne donc l’opportunité de cheminer tous ensemble. A l’écoute pendant que les équipes synodales puis l’assemblée synodale travailleront, il recevra en juin 2019 toutes les décisions et recommandations votées par l’assemblée synodale. Comme pasteur de notre diocèse, « il jugera de leur opportunité pour le bien du diocèse et de l’Eglise toute entière » (règlement du synode, §4.4).

Le synode est effectivement ouvert à tous ceux qui voudraient y apporter leur contribution. C’est en particulier le temps des équipes synodales qui permettra à tous, même à ceux qui ne fréquentent pas l’Eglise, de donner leur avis, leurs idées,… Bienvenue donc! Concrètement, deux solutions sont possibles:

Il n’y a pas besoin d’avoir 18 ans, âge de la majorité légale, pour prendre part au synode. Il faut cependant distinguer deux étapes:

  • Pendant le temps des équipes synodales, aucun critère ne sera requis pour participer à la réflexion d’une équipe: pas de carte d’identité à présenter, tout le monde sera le bienvenu pour s’exprimer. Nous travaillons à un carnet de route ‘pour tous’, y compris les enfants par exemple…
  • Pendant les sessions de l’assemblée synodale, c’est notre Eglise diocésaine rassemblée qui construira l’avenir, et il est donc important d’en être pleinement membre, d’être « majeur dans la foi ». Ce sont donc les personnes ayant reçu le sacrement de confirmation (ou bien en chemin pour le recevoir) qui pourront devenir membre de cette assemblée.

Le ‘synode des jeunes’ dont vous avez peut-être entendu parler est en fait le dernier synode ouvert par le pape François pour « l’Église universelle » (c’est à dire le monde entier). Annoncé en janvier 2017, il aboutira à une assemblée des évêques du monde entier en octobre 2018. Son thème est « les jeunes, la foi et le discernement vocationnel ». Un questionnaire a été diffusé dans chaque pays cet été 2017. Pour mieux comprendre de quoi il s’agit, vous pouvez lire la lettre du pape aux jeunes.

Notre synode diocésain débutera un peu plus tard, en décembre 2017, et concerne ce que nous vivons dans « notre Eglise locale » (c’est à dire notre diocèse). Nous parlerons des jeunes sans doute, mais pas seulement… « Osons un nouvel élan pour une Eglise disciple-missionnaire » est un titre qui ouvre de multiples sujets de débat. Il seront détaillés dans le carnet de route.

Il s’agit donc de deux synodes distincts, deux chances de cheminer ensemble et bâtir l’avenir de l’Église.