(Cet article paraîtra dans le n°13 du magazine Eglise de Besançon, le 7 juillet)

 

Il faisait frais samedi 8 juin au petit matin quand les premiers délégués volontaires pour s’occuper de l’accueil de tous les autres sont arrivés sous le chapiteau à la Roche d’Or. Un grand espace de 500 m² avait été aménagé dans la semaine par quelques bénévoles pour le rendre accueillant. Sur la scène, la table blanche entourée des phrases de Vatican II qui nous accompagnent depuis l’ouverture du synode était prête pour accueillir l’évangéliaire lors de la prière du matin. La croix rayonnait dans tout l’espace par des banderoles colorées suspendues au plafond, signe de l’Esprit qui s’apprêtait à inspirer les délégués rassemblés.

Dès 8h, sous le soleil, chacun est arrivé des quatre coins du diocèse, souvent en covoiturage, parfois en vélo, heureux de se retrouver. Après quelques sessions, les visages étaient connus, et les rencontres précédentes avaient permis de tisser de nouveaux liens, si propices pour travailler ensemble. Il n’aura fallu que quelques dizaines de minutes pour que tout le monde soit prêt, avec sa pochette de travail et un café ou un thé préparé par la communauté de la Roche d’Or, aux petits soins pour tout le monde.

 

 

Après le temps de prière et l’accueil de notre archevêque, le père Gagey a pris la parole pour rappeler les enjeux de cette dernière session, et souligner quelques points à approfondir. Avec son rôle de théologien du synode il a également demandé que l’une des propositions travaillée à Vesoul soit supprimée (nous hésitions entre trop de formulations finalement peu constructives) pour mieux prendre le temps dans la journée de repartir de zéro sur ce sujet.

Après un premier créneau de travail en petits groupes, 25 propositions environ ont été ébauchées et 12 d’entre elles ont été retenues lors d’un vote de priorisation. Et l’après-midi a alors permis à 12 groupes de finaliser leur rédaction, et aux autres délégués de travailler sur des propositions déjà existantes mais qui méritaient quelques éclaircissements.

Une veillée de prière autour des feux de la Pentecôte a conclu cette belle première journée, suivie en soirée par la mise au point du cahier synodal final pour le secrétariat général, et par le spectacle ‘Disciples d’Aujourd’hui’ au Kursaal pour 150 délégués environ.

 

Le lendemain, après la prière, chacun dans l’assemblée a pu profiter d’un temps individuel pour lire le cahier synodal final et répondre à la question posée par notre archevêque : “Quelles propositions sont pertinentes pour le bien et l’avenir de notre diocèse?”. Le vote final aura ensuite duré un peu plus de deux heures, entrecoupé de prise de parole pour éclairer chacun dans ses réflexions. Le résultat peut sembler étonnant, vous le verrez dans le livret des actes synodaux en octobre, car seulement 12 propositions ont été approuvées par les 2/3 des délégués. C’est cependant un résultat similaire à d’autres diocèse, et le signe que notre Eglise fait le choix d’avancer sur la base d’un consensus fort. Notre archevêque a également précisé en concluant la session que l’ensemble des propositions ayant obtenu plus de 50 % des voix (elles sont une vingtaine de plus) seraient prises en compte dans l’élaboration des actes synodaux qu’il a confiée à Isabelle Morel et au père Jean-François Baudoz.

 

Une icône a ensuite été remise par l’archevêque et le secrétariat général à chaque délégué en souvenir de ces trois sessions, avec en écho le moment à la cathédrale où les délégués ont remis à l’archevêque le cahier reprenant l’ensemble des propositions approuvées par l’assemblée. Un cahier porteur de ce nouvel élan que nous avons cherché ensemble, et dont la mise en œuvre débutera après la fête de promulgation du 6 octobre !